Navigation – Plan du site
Dossier

Les organisations corporatives des professeurs de lycée et les associations de spécialistes : un enjeu identitaire (1905-1940)

Teacher unions and academic subject associations: an identity issue (1905-1940)
Yves Verneuil
p. 83-107

Résumés

Au début du XXe siècle, profitant de la loi de 1901, les professeurs de l’enseignement secondaire fondent d’une part des associations professionnelles de nature corporative et d’autre part des associations de spécialistes organisées autour des disciplines d’enseignement. La Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin aurait bien aimé coordonner les points de vue des associations de spécialistes, tout en leur laissant leur indépendance pour les questions de spécialité. Mais ses tentatives se sont soldées par des échecs. Il est vrai que le périmètre de recrutement des associations de spécialistes dépasse celui de la Fédération nationale. Les syndicats de professeurs liés aux confédérations ouvrières qui se fondent entre les deux guerres déplorent le particularisme des associations de spécialistes, mais l’attachement des professeurs de lycée à leur identité disciplinaire est conforté par le mode d’élection des délégués des agrégés au Conseil supérieur de l’instruction publique. L’affirmation de cette identité disciplinaire est aussi un moyen de distinction par rapport aux « primaires ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I. Tentatives répétées de coordination (1905-1929)
1. Réunions sous l’égide de la Fédération nationale
2.  Établir une doctrine commune sur les réformes de l’enseignement secondaire
II. Élargir l’horizon social ? Critiques, divergences et hésitations syndicales dans les années 1930
1. Les propositions de l’« unitaire » Maurice Husson : vers une commission syndicale de spécialistes ?
2. Les critiques du secrétaire du Syndicat (cégétiste) des professeurs de lycée
3. Nuances syndicales
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au début du XXe siècle, profitant de la loi de 1901, de nombreuses catégories de fonctionnaires fondent des associations professionnelles. Après un moment d’hésitation, les pouvoirs publics acceptent l’existence des associations de nature corporative, qui font office de syndicat. C’est sous ce régime qu’est créée en 1905 la Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin, dite A3 (des lycées). Cette organisation professionnelle n’entend cependant pas se cantonner aux questions matérielles, dites corporatives, mais ambitionne un rôle plus large : selon l’article premier de ses statuts, elle « a pour objet l’étude des questions relatives à l’enseignement secondaire public et la défense par toutes voies de droit des intérêts matériels et moraux de ses membres ». S’érigeant en porte-parole de l’ensemble des intérêts de l’enseignement secondaire, que ses membres représentent à ses yeux, elle entend prendre en charge aussi bien les questi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Verneuil, « Les organisations corporatives des professeurs de lycée et les associations de spécialistes : un enjeu identitaire (1905-1940) », Histoire de l’éducation, 142 | 2014, 83-107.

Référence électronique

Yves Verneuil, « Les organisations corporatives des professeurs de lycée et les associations de spécialistes : un enjeu identitaire (1905-1940) », Histoire de l’éducation [En ligne], 142 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2918 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2918

Haut de page

Auteur

Yves Verneuil

Université de Reims Champagne-Ardenne, Centre d’études et de recherche en histoire culturelle (CERHIC-EA 2616)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page