Navigation – Plan du site
Notes critiques

Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost (éd.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970)

Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 2012
Pierre Kahn
p. 202-204
Référence(s) :

Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost (éd.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970), Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2012

Texte intégral

1Cet ouvrage dirigé par Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost réunit les contributions des intervenants d’un colloque qui s’est tenu en 2010 à Paris et à Créteil. Les trente-deux textes qui le constituent offrent un échantillon fort significatif de la richesse et de la complexité d’un mouvement dont les orientations intellectuelles, philosophiques et politiques furent multiples, comme le furent ses réalisations, ses « héritages » (voir par exemple la contribution d’Arnaud Dubois sur le rapport entre l’Éducation nouvelle et la pédagogie institutionnelle) et les acteurs qui l’ont porté ou incarné.

  • 1 Samuel Renier soutient ici une thèse, sérieusement documentée, exactement contraire à celle défend (...)

2C’est d’ailleurs cette diversité même qui pose problème. Comme le souligne Béatrice Haenggeli-Jenni dans sa contribution, il est plus facile de définir l’Éducation nouvelle par ce qu’elle n’est pas que par ce qu’elle est. Peut-on même parler de l’Éducation nouvelle au singulier ? Le parti pris, évidemment justifié, de l’ouvrage est de ne pas s’y essayer. Il insiste au contraire – c’est le titre de sa première partie – sur les « identités multiples » de l’Éducation nouvelle et il suffit de lire les textes consacrés à Makarenko (Antoine Savoye), John Dewey (Samuel Renier), Célestin Freinet (Frédéric Mole) ou Ovide Decroly (Sylvain Wagnon) pour s’en convaincre. Makarenko ne fut de son vivant jamais « en contact avec les représentants de l’Éducation nouvelle occidentale » (A. Savoye, p. 57). La réception française de Dewey (au double sens de lecture et d’accueil) fut à certains égards plus facile chez les philosophes que chez les pédagogues militants de l’Éducation nouvelle (S. Renier, p. 43 et sq.)1. Quant à Freinet, on connaît les rapports ambigus qu’il entretint avec les formes institutionnelles du mouvement. Une illustration significative de l’indétermination des interprétations que l’Éducation nouvelle peut admettre est donnée par Baptiste Jacomino, dont la contribution met en évidence la relation complexe et quelque peu paradoxale qu’un penseur comme le philosophe Alain, qui passe d’ordinaire pour un adversaire de ce mouvement pédagogique, a pu entretenir avec lui.

3Du point de vue politique, on retrouve une complexité semblable. Au spiritualisme de certains des fondateurs (Maria Montessori, Béatrice Ensor, Adolphe Ferrière, etc.) répondent l’engagement social et politique d’un Freinet (voir la contribution de F. Mole), ou encore l’engagement d’un Maurice Weber en faveur de l’école unique (Bruno Garnier). Et aux projets de réforme nés de ou dans la Résistance (voir les contributions de Guy Krivopissko et d’André D. Robert), et dont l’existence justifie l’intitulé  du colloque qui fut à l’origine de l’ouvrage (« l’Éducation nouvelle, au service d’une nation à réformer »), répond l’engagement pro-vichyste de l’inspecteur primaire Jean Baucomont, qui avait été membre du bureau national du GFEN et de la Coopérative de l’enseignement laïc de Freinet (Pierre Boutan).

4L’ouvrage fait ressortir un dernier paradoxe de l’Éducation nouvelle : ce mouvement qui a voulu, c’est le titre même de ce livre, « réformer l’école » va trouver « au-delà de l’école » (titre de la 4e et dernière partie) sa zone d’influence la plus pérenne : dans la ligue de l’enseignement (Nathalie Sévilla), les CEMEA (Geneviève Vannini), la protection de l’enfance (Emmanuelle Guey), le scoutisme (Nicolas Palluau) ou l’éducation populaire (Laurent Besse). Mais le projet de réformer l’école a semble-t-il quant à lui fait long feu : les loisirs dirigés mis en place par le ministère Jean Zay ne résistent ni à l’absence de moyens financiers, ni à l’hostilité de certaines familles et des opposants au Front populaire, ni aux tensions internationales qui vont conduire à la Deuxième Guerre mondiale (Jean-François Condette) ; le plan Langevin-Wallon fut une « occasion manquée » pour l’enseignement de l’histoire (Patricia Legris) comme pour le reste ; les écoles nouvelles créées dans les années 1950 par l’Association nationale pour le développement de l’Éducation nouvelle (ANEN) peinent à diffuser et à faire reconnaître leurs pratiques (Fabienne Sérina-Karsky) et l’on sait par ailleurs, bien que l’ouvrage ne leur consacre aucune étude, que les classes nouvelles de la Libération ont disparu avec le départ de Gabriel Monod de la direction du second degré, en 1951.

5Le bilan désenchanté que des militantes des écoles nouvelles dressent parfois de leur action (voir F. Sérina-Karsky, p. 110) pourrait bien en somme être généralisé. « L’Éducation nouvelle aurait-elle mal vieilli ? » se demandent, dans leur introduction, les directeurs de l’ouvrage. La question mérite en effet d’être posée et de façon peut-être plus radicale encore : bien ou mal, l’Éducation nouvelle n’a-t-elle pas tout simplement vieilli ? Ne peut-on en parler qu’au passé ? Il est assez significatif que les livres qui lui sont consacrés soient des livres d’histoire. Celui-ci, qui borne le propos entre 1930 et 1970, ne fait pas exception. Cette histoire d’un mouvement protéiforme est certes passionnante, mais fait apparaître en creux l’absence d’investigation relative à la situation actuelle de l’Éducation nouvelle.

Haut de page

Notes

1 Samuel Renier soutient ici une thèse, sérieusement documentée, exactement contraire à celle défendue par Brigitte Frelat-Kahn dans un livre récent : Pragmatisme et éducation, Paris : Vrin, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Kahn, « Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost (éd.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970) », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 202-204.

Référence électronique

Pierre Kahn, « Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost (éd.), Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970) », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2885

Haut de page

Auteur

Pierre Kahn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page