Navigation – Plan du site
Notes critiques

Jean-François Condette et Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Sur les traces du passé de l'éducation. Patrimoines et territoires de la recherche en éducation dans l'espace français

Bordeaux : Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 2014, 334 p.
Solenn Huitric
p. 197-199
Référence(s) :

Marguerite Figeac-Monthus (dir.). Sur les traces du passé de l'éducation. Patrimoines et territoires de la recherche en éducation dans l'espace français, Bordeaux : Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 2014, 334 p.

Texte intégral

  • 1 Pierre Caspard (dir.), Le patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic Éd., 1999

1Marguerite Figeac-Monthus et Jean-François Condette ont réuni dans cet ouvrage les contributions de vingt chercheurs autour de la question des « supports patrimoniaux » de l’éducation et de leur prise en charge par l’histoire de l’éducation. Quinze ans après l’inventaire dirigé par Pierre Caspard1, il s’agit de proposer un nouvel état des lieux du traitement historique dont fait l’objet le patrimoine éducatif, matériel comme immatériel. Dans son introduction, Marguerite Figeac-Monthus inscrit le projet mis en œuvre dans la filiation des travaux précédents et insiste sur la nécessité de lier pratique archivistique et travail historique. Elle définit trois axes de réflexion qui constituent autant de parties de l’ouvrage.

2Le premier axe introduit à la diversité du patrimoine éducatif. Les logiques de constitution et les richesses de plusieurs fonds d’archives, que l’on peut qualifier de classiques, sont détaillées. Mais cet état des lieux tente également d’aller au-delà des fonds les plus couramment mobilisés par la recherche pour tenter d’appréhender le champ éducatif dans son ensemble. Il s’agit des archives religieuses de l’éducation présentées par Véronique Castagnet-Lars et Bruno Poucet, de la presse pédagogique abordée par Laurent Gutierrez sous le prisme de l’éducation nouvelle, des archives syndicales par Bruno Poucet et Yves Verneuil, des archives des mouvements éducatifs de jeunesse par Nicolas Palluau et des archives des universités par Charles Mercier. Un second ensemble de contributions revient sur un patrimoine plus matériel et aborde les sources iconographiques (Véronique Castagnet-Lars), cinématographiques (Philippe Rocher), architecturales (Anne-Marie Châtelet), orales (Françoise Lepagnot-Leca et Pierre Mignaval). Toutes mettent en avant les difficultés liées à l’identification et à la conservation de ces fonds, ainsi que les moyens qu’il serait nécessaire de mettre en œuvre pour leur valorisation.

3Les traitements, dont ces fonds ont pu faire l’objet, forment le second ensemble de contributions, dans lequel les auteurs présentent des recherches déjà menées dans leur domaine de spécialité. Cette approche permet de couvrir des champs d’études allant de l’enseignement primaire (par Stéphanie Dauphin) à l’enseignement supérieur (par Marcel Grandière et Jean-François Condette) en passant par des thématiques qui abordent des archives moins administratives (la littérature de jeunesse par Christiane Connan-Pintado) ou liées à une approche matérielle de l’histoire (les objets au sein des classes abordés par Renaud d’Enfert). La contribution de Pierre Caspard clôt cette partie en revenant sur l’évolution de la recherche en histoire de l’éducation, saisie au travers des articles publiés par la revue Histoire de l’éducation.

4Les « nouveaux territoires de la recherche en éducation » sont abordés dans une troisième partie, la plus stimulante de l’ouvrage. Des axes de recherche récents y sont exposés, notamment par Rebecca Rogers dans son panorama efficace des liens entre études de genre et histoire de l’éducation. De nouveaux domaines de recherche sont présentés par Mathias Gardet et Nathalie Duval qui travaillent respectivement sur l’éducation spécialisée et sur l’éducation nouvelle. La contribution de Mathias Gardet démontre en particulier l’intérêt de sortir l’histoire de l’éducation des frontières de l’école. Stéphane Lembré rappelle également l’importance de l’étude des enseignements technique et professionnel pour mettre au jour les dynamiques de construction de l’offre d’enseignement. De nouvelles sources sont mises en avant, comme les plans et traités d’éducation étudiés par Marguerite Figeac-Monthus. Enfin, d’autres auteurs proposent de nouvelles perspectives sur des domaines de recherche déjà bien développés (Clémence Cardon-Quint sur l’histoire des disciplines, Jean-François Condette sur le personnel des établissements secondaires au XIXe siècle).

5Cet ouvrage offre ainsi un panorama utile des recherches poursuivies ces deux dernières décennies dans le domaine de l’histoire de l’éducation et des sources de différente nature qu’elles ont mobilisées. On peut regretter cependant que la notion de patrimoine n’ait pas été plus systématiquement questionnée, les contributions ayant des objets et des approches très différentes les unes des autres. Une organisation par axe de recherche aurait peut-être facilité la mise en relation des différentes contributions. Jean-François Condette pallie en partie ce manque dans la conclusion qui insiste notamment sur les difficultés de définition et de délimitation que pose le terme même de patrimoine de l’éducation. On retiendra cependant la richesse des références bibliographiques convoquées et souvent commentées sur chacun des thèmes présentés, les contributions constituant autant de points d’entrée dans la thématique dont elles traitent, que les étudiant(e)s ou chercheurs curieux pourront approfondir.

Haut de page

Notes

1 Pierre Caspard (dir.), Le patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic Éd., 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solenn Huitric, « Jean-François Condette et Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Sur les traces du passé de l'éducation. Patrimoines et territoires de la recherche en éducation dans l'espace français », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 197-199.

Référence électronique

Solenn Huitric, « Jean-François Condette et Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Sur les traces du passé de l'éducation. Patrimoines et territoires de la recherche en éducation dans l'espace français », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2881

Haut de page

Auteur

Solenn Huitric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page