Navigation – Plan du site
Notes critiques

Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Atlas de l'éducation en Aquitaine du XVIe siècle à nos jours

Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2015, 191 p.
Solenn Huitric
p. 195-197
Référence(s) :

Marguerite Figeac-Monthus (dir.). Atlas de l'éducation en Aquitaine du XVIe siècle à nos jours, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2015, 191 p.

Texte intégral

  • 1 La parution de l’atlas s’inscrit dans un projet plus large autour du patrimoine aquitain de l’éduc (...)

1Les auteurs de cet atlas proposent de lier synthèses et représentations cartographiques pour présenter les principales caractéristiques des structures éducatives et de leurs évolutions en Aquitaine sur un peu plus de quatre siècles1. Dans son introduction, Marguerite Figeac-Monthus propose un tableau des points de comparaison possible entre les phénomènes éducatifs aux différentes époques couvertes par l’ouvrage et en partant d’une définition large du territoire de l’Aquitaine.

2Organisé en quatre parties, l’atlas s’ouvre sur un ensemble de contributions présentant les besoins éducatifs et la construction du tissu scolaire aquitain. Les deux premières contributions s’attachent principalement à la période moderne. Jean-Pierre Poussou présente le cadre général des évolutions de l’alphabétisation en Aquitaine, en insistant sur quelques cas d’études. Il met en lien taux d’alphabétisation et législation sur l’enseignement primaire, public et privé, masculin et féminin. Le parcours proposé par Marguerite Figeac-Monthus dans l’éducation domestique rappelle le rôle des voyages de formation à partir de quelques cas particuliers. Concernant les structures éducatives en tant que telles, les deux articles suivants présentent le fonctionnement du rectorat et de la formation des instituteurs et institutrices et tentent de concilier une présentation de structures qui ne sont pas spécifiques au contexte aquitain et l’étude de leurs implantations locales. Une étude de cas sur des établissements du XVIIIe siècle vient compléter les synthèses proposées.

3La deuxième partie revient sur la diversité des établissements scolaires. Les différents niveaux d’enseignement sont abordés (le primaire par Dominique Bidot-Germa sous le prisme contexte urbain/contexte rural, le secondaire par François Cadilhon à partir de la distinction public/privé, l’enseignement technique et professionnel par Stéphane Lembré), suivant cette même logique de conciliation du général et de « l’aquitain ». Le format de l’atlas permet une visualisation de l’implantation de ces établissements ainsi que de leur importance. Au-delà de ces principales structures d’enseignement, Dominique Bidot-Germa s’intéresse à l’enseignement des langues régionales, les cartes mettant en avant les logiques d’implantation et de diffusion de ces enseignements. Carole Carribon et Dominique Picco proposent quant à elles un aperçu de l’histoire de l’institution des Sourds-Muets de Bordeaux.

4Les évolutions, les « mouvements » des structures éducatives, sont rassemblées dans une troisième section, à partir de quelques thèmes : l’enseignement religieux (par Delphine Dussert-Galinat et Nicolas Champ), l’architecture scolaire (par Yves Legay) et l’évolution de l’enseignement féminin et masculin (par Nicolas Champ). De son côté, Anne-Marie Meyer s’intéresse, au choix du lieu de scolarisation pour la seconde moitié du XXe siècle par une approche dans laquelle les représentations cartographiques montrent toute leur puissance explicative.

5Seule l’histoire de l’enseignement supérieur en tant que niveau d’enseignement fait l’objet d’une partie à part, dernier temps de l’ouvrage (avec les contributions de François Cadilhon, Charles Mercier et Sylvaine Guinle-Lorinet). L’université fait l’objet d’un traitement chronologique plus précis et, Charles Mercier notamment, offre une synthèse informée de la construction du tissu universitaire au cours du XXe siècle.

6L’atlas propose ainsi à la fois de courtes synthèses sur l’évolution des structures éducatives en Aquitaine et quelques aperçus plus précis. Les cartes permettent principalement une visualisation de la répartition des différents établissements d’enseignement. Ces cartes et graphiques sont placés en regard du texte et rares sont les auteurs qui y font référence dans le corps de leur texte : on aurait pu souhaiter un lien plus étroit entre les deux. Le format proposé ici de l’atlas régional constitue un intéressant point de départ pour inciter les historiens et les historiennes de l’éducation à poursuivre la réflexion entamée sur les choix que suppose la production de cartes, comme celui des données ou des échelles retenues.

Haut de page

Notes

1 La parution de l’atlas s’inscrit dans un projet plus large autour du patrimoine aquitain de l’éducation. Certaines des cartes sont disponibles en ligne sur le site du programme de recherche : < http://patrimoine-aquitain-education.fr/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solenn Huitric, « Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Atlas de l'éducation en Aquitaine du XVIe siècle à nos jours », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 195-197.

Référence électronique

Solenn Huitric, « Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Atlas de l'éducation en Aquitaine du XVIe siècle à nos jours », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2878

Haut de page

Auteur

Solenn Huitric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page