Navigation – Plan du site
Varia

La congrégation des Tertiaires capucins et la réception des modèles internationaux de prise en charge des jeunes délinquants (Espagne, 1904-1936)

The congregation of Capuchin Tertiary Sisters and receiving international models for caring for young delinquents (Spain, 1904-1936)
La orden de los Terciarios Capuchinos et la recepción de los modelos internacionales de reeducación de los jóvenes delincuentes (España, 1904-1936)
Amélie Nuq
p. 157-174

Résumés

La congrégation espagnole des Tertiaires capucins de Notre-Dame des douleurs, fondée en 1889 pour assurer l’éducation correctionnelle et la moralisation des jeunes délinquants, prend la tête de la quasi-totalité des maisons de redressement du pays à mesure que celles-ci sont créées. Mais rapidement, la formation insuffisante de ses membres est pointée du doigt. C’est la raison pour laquelle est organisée, au début du XXe siècle, une série de voyages d’études destinés à analyser le fonctionnement d’institutions rééducatives en France, en Angleterre, en Hollande, en Allemagne et surtout en Belgique. Cette contribution se fonde sur l’analyse de publications périodiques émanant de l’ordre religieux dont les archives, conservées à Rome, ne sont pas accessibles. Elle a pour but de préciser la place de l’Espagne dans les processus de transferts transnationaux des politiques sociales et sanitaires de l’enfance, le cas de la péninsule ibérique n’étant en général pas abordé dans les études comparatives. Elle permettra de souligner quelques-unes des caractéristiques du système espagnol : chronologie décalée vis-à-vis des autres pays occidentaux, omniprésence du secteur privé et manque de moyens structurel.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I- La place des Tertiaires capucins dans la genèse des maisons de redressement espagnoles, entre inexpérience et quasi-monopole éducatif
1. L’École de Santa Rita, symbole du retard espagnol par rapport aux autres pays occidentaux
2. L’extension rapide du domaine capucin : modalités et critiques
II- Les voyages d’étude à l’étranger, un moyen de structurer une congrégation religieuse encore jeune
1. Former des religieux capables d’éduquer en « servant Dieu grâce à la technique »
2. Aller chercher à l’étranger la réponse à des problèmes internes à la congrégation
III- Voyager pour observer, apprendre et transposer
1. Les éléments observés
2. Des excursions improvisées en terre étrangère
3. Une transposition effective des modèles ?

Aperçu du début du texte

La congrégation espagnole des Tertiaires capucins de Notre-Dame des douleurs est fondée en 1889 par le père Luis Amigó y Ferrer : spécifiquement destinée à l’éducation correctionnelle et à la moralisation des jeunes délinquants, elle prend la tête de la quasi-totalité des maisons de redressement espagnoles à mesure que celles-ci sont créées. Mais rapidement, la formation insuffisante de ses membres est pointée du doigt. C’est la raison pour laquelle la congrégation organise, au début du XXe siècle, une série de voyages destinés à observer le fonctionnement d’institutions rééducatives en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, en France, en Italie, aux Pays-Bas et en Suisse. De ces observations, les Tertiaires capucins rapportent un certain nombre d’éléments dans la perspective de les transposer dans leur propre système de prise en charge de la jeunesse « délinquante ». Ce processus peut être saisi par l’analyse du récit de ces voyages dans les périodiques émanant de la congrégation e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Nuq, « La congrégation des Tertiaires capucins et la réception des modèles internationaux de prise en charge des jeunes délinquants (Espagne, 1904-1936) », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 157-174.

Référence électronique

Amélie Nuq, « La congrégation des Tertiaires capucins et la réception des modèles internationaux de prise en charge des jeunes délinquants (Espagne, 1904-1936) », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2850 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2850

Haut de page

Auteur

Amélie Nuq

LARHRA-Université Pierre-Mendes–France, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page