Navigation – Plan du site
Varia

Éducation et commerce à Paris à la fin de l’Ancien Régime : l’offre d’enseignements de langues modernes

Education and business in Paris at the end of the Ancien Regime: the modern language teaching offer
Ulrike Krampl
p. 135-156

Résumés

À la fin de l’Ancien Régime se développe à Paris une offre multiforme - non gratuite - d’enseignement de langues modernes. La presse d’annonce permet d’en saisir les différentes modalités : celles-ci s’inscrivent à la fois dans les sociabilités urbaines, particulières et publiques, et dans le commerce des idées et des choses. Si la place des langues modernes demeure marginale au sein des institutions scolaires de l’Ancien Régime, elles investissent amplement l’espace de transmission domestique qui comprend le service domestique, la mise en pension en passant par l’échange de talents. Significative, la demande en apprentissage linguistique participe par ailleurs à stimuler l’organisation d’un commerce éducatif urbain (cours publics et écoles de langues) d’abord destiné aux hommes mais au sein duquel la présence des femmes s’affirme. L’ensemble de cette offre pédagogique dessine une véritable scolarisation hors les murs de l’école qui concerne pour plus de deux tiers les langues italienne, allemande et, désormais en tête, l’anglais. Cette configuration permet ainsi d’éclairer d’un jour original la dynamique du champ éducatif de l’Ancien Régime finissant dans son ensemble.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I – La place marginale des langues modernes au sein des institutions scolaires
II – Espaces et modalités de transmission domestiques : service, troc, sociabilités privées
1 - Services linguistiques : domestiques enseignants de langue
2 - Commerce sociable et commerce des langues
III – Une scolarisation « hors les murs » : cours publics et écoles de langue
1 - Des « entrepreneurs pédagogiques »
2 - L’offre pédagogique et ses publics

Aperçu du début du texte

L’espace éducatif français connaît au cours du XVIIIe siècle des mutations importantes. Celles-ci s’inscrivent dans les dynamiques sociales, matérielles et culturelles du temps dont font partie les politiques culturelles et religieuses du pouvoir royal. Le milieu du siècle constitue en cela un tournant significatif qui peut être caractérisé, en quelques mots, par une multiplication d’écrits consacrés à l’éducation, masculine et, de plus en plus, féminine, par la question des collèges que ravive l’expulsion des jésuites, mais aussi de manière plus générale, par l’expansion du marché du livre, diversifié et plus accessible, ainsi que le développement de sociabilités littéraires de tous genres dans la capitale et en province. Emerge ainsi un espace que nous appelons public et qui vient s’agencer autour de la notion de « commerce », sociable et économique, culturel et matériel, fournissant médiatisations et ancrages à une mobilité croissante des hommes et des femmes ainsi que des biens ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ulrike Krampl, « Éducation et commerce à Paris à la fin de l’Ancien Régime : l’offre d’enseignements de langues modernes », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 135-156.

Référence électronique

Ulrike Krampl, « Éducation et commerce à Paris à la fin de l’Ancien Régime : l’offre d’enseignements de langues modernes », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2834 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2834

Haut de page

Auteur

Ulrike Krampl

Université François-Rabelais de Tours/CeTHiS-HiViS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page