Navigation – Plan du site
Dossier

Entre collaboration et contrepouvoir : les syndicats enseignants et l’État (1945-1968)

Between collaboration and counter-power. The teaching unions and the state (1945-1968)
Laurent Frajerman
p. 73-91

Résumés

À partir de la Libération, la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) participe au processus décisionnel du système éducatif. Les enseignants sont la fois particulièrement revendicatifs et particulièrement loyaux envers leur employeur. L’homologie des structures administratives et syndicales conforte une connivence idéologique. La FEN se considère comme la garante de la mission laïque et éducative de l’État et défend en son sein l’État enseignant contre ses concurrents. Les deux partenaires tirent avantage de leur collaboration : l’administration s’assure d’une pacification des relations sociales et d’une humanisation de son système bureaucratique, les syndicats se légitiment en obtenant des résultats concrets et en exerçant un pouvoir sur les carrières. Le Ministère exerce une position dominante, mais la FEN sait rester un contrepouvoir. L’avènement de la Ve république renforce l’administration, mais ne met pas fin à ce néo-corporatisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Genèse d’une relation particulière
Des relations intimes
Une para-administration ?
Un fonctionnement en harmonie avec l’administration officielle
Le partage d’objectifs communs
Une conflictualité persistante
Le choc de la Cinquième République
Conclusion

Aperçu du début du texte

De nombreux discours dénonciateurs assurent que, lors de la seconde moitié du XXe siècle, le pouvoir, au ministère de l’Éducation nationale, est « passé, en partie ou même en quasi-totalité, aux mains d’organisations syndicales monopolistiques. […] Devenus à leur tour des administrations hyper-bureaucratisées, incapables d’ouverture d’esprit, ces syndicats ont figé le système éducatif français et ont précipité sa dégradation ». Quelle part de vérité recèlent ces critiques ? Leur cible, la puissante Fédération de l’Éducation nationale (FEN) regroupe le Syndicat national des instituteurs (SNI), de multiples petits syndicats et le Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES). Entre 1945 et 1968, ces syndicats sont tous majoritaires, voire hégémoniques, dans la profession qu’ils structurent, et leurs cultures ne s’accordent que partiellement au sein de la fédération. Les syndicats enseignants, pourvus d’un quasi-monopole de représentation des intérêts de chaque profession, part...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Frajerman, « Entre collaboration et contrepouvoir : les syndicats enseignants et l’État (1945-1968) », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 73-91.

Référence électronique

Laurent Frajerman, « Entre collaboration et contrepouvoir : les syndicats enseignants et l’État (1945-1968) », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2795 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2795

Haut de page

Auteur

Laurent Frajerman

Centre d'histoire sociale de Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page