Navigation – Plan du site
Dossier

Corporation universitaire et société civile : les débats sur la composition du Conseil supérieur de l’instruction publique pendant la Troisième République

University corporation and civil society: the debates about the composition of the Higher Council of Public Instruction during the Third Republic
Yves Verneuil
p. 51-72

Résumés

Héritier du Conseil de l’Université institué en 1808, le Conseil supérieur de l’instruction publique créé par la loi Falloux, en 1850, comprend des représentants des « forces sociales », comme le clergé et la magistrature. Cet élément est conservé et même étendu en 1873. En 1880, Jules Ferry, au contraire, compose le nouveau Conseil supérieur presque exclusivement de membres de l’enseignement public. Les conservateurs s’opposent à la thèse avancée par les républicains selon laquelle il ne saurait y avoir une représentation indépendante de la société en dehors de la représentation nationale, sous la forme du Parlement. On peut voir dans l’argumentation républicaine une marque de ce jacobinisme libéral qui constitue, selon Pierre Rosanvallon, le « modèle politique français ». Cependant, quinze ans plus tard, le ministre de l’Instruction publique Émile Combes propose de revenir sur la composition essentiellement universitaire du Conseil supérieur, selon lui source d’étroitesse de vues. Mais son projet suscite une virulente opposition. La réforme de 1933 se limite prudemment à introduire des représentants des parents d’élèves et des chefs d’établissements secondaires publics.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I- Représentation des « forces sociales » et principe de compétence
II- Le projet de loi d’Émile Combes
III- La timide réforme de 1933
Conclusion

Aperçu du début du texte

« La moins connue, la plus discrète des assemblées françaises, était à coup sûr la plus éminente. En quel autre lieu aurait-on vu se coudoyer les académiciens et les professeurs au Museum, les maîtres du Collège de France et ceux des Langues orientales, les gloires de la Recherche scientifique et les érudits des archives nationales, les représentants de toute l’Université française, depuis les recteurs jusqu’aux instituteurs ? […] Ce qui vous emplissait d’une crainte respectueuse, au début du discours semestriel, ce n’était point l’inquiétude de voir repousser des arrêtés ou des décrets, c’était le sentiment obscur d’être jugé soi-même, pendant qu’on parlait, par ces augures bardés de parchemins ».

Quel est donc ce redoutable aréopage, qui apparemment suscite la crainte révérencieuse même des ministres ? Il s’agit du Conseil supérieur de l’instruction publique, tel qu’il a été conçu par Jules Ferry par la loi du 27 février 1880.

Prémices des grandes lois scolaires de Jules Ferry, cett...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Verneuil, « Corporation universitaire et société civile : les débats sur la composition du Conseil supérieur de l’instruction publique pendant la Troisième République », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 51-72.

Référence électronique

Yves Verneuil, « Corporation universitaire et société civile : les débats sur la composition du Conseil supérieur de l’instruction publique pendant la Troisième République », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2784 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2784

Haut de page

Auteur

Yves Verneuil

Université de Reims Champagne-Ardenne (ESPE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page