Navigation – Plan du site
Dossier

La Commission de l’instruction publique et la préservation de l’État enseignant (1815-1820)

The Commission of Public Instruction and the preservation of the “teaching State” (1815-1820)
René Grevet
p. 31-49

Résumés

D’août 1815 à novembre 1820, la Commission de l’instruction publique présidée par Royer-Collard rassembla les pouvoirs naguère attribués au grand-maître de l’Université impériale. Malgré les fortes pressions des ultras qui en souhaitaient le démembrement, cette commission, placée sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, inscrivit son action dans l’organisation académique établie en 1808. Relayée sur le terrain par les inspecteurs généraux lors de leurs tournées annuelles, représentée par les recteurs d’académie et leurs inspecteurs, la commission s’efforça de stimuler la scolarisation et de promouvoir la professionnalisation enseignante. Elle défendit fermement le monopole universitaire et permit à l’État d’occuper, face à l’Église, toute sa place dans la direction de l’enseignement. Elle prépara ainsi l’établissement en 1824 d’un ministère de l’Instruction publique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I- La problématique de l’État enseignant en 1815
II- La Commission de l’instruction publique au travail
III- Un bilan contrasté
Conclusion

Aperçu du début du texte

La période qui couvre les débuts de la Restauration n’apparaît pas moins décisive que la précédente pour l’histoire de l’enseignement. Au cours de ces années en effet, la question scolaire se définit de plus en plus selon les clivages politiques. Cette politisation explique l’importance prise par les débats sur la liberté et la direction de l’enseignement, désormais constitués en enjeux emblématiques des rapports entre l’État et l’Église.

Après les Cent-Jours, le gouvernement de Louis XVIII conserva l’organisation universitaire héritée de la période napoléonienne et installa une Commission de l’instruction publique qui, sous l’autorité du ministre de l’Intérieur, devait exercer collégialement les fonctions de l’ancienne grande maîtrise de l’Université. Composée de cinq membres et présidée par Pierre-Paul Royer-Collard, elle incarna l’État enseignant pendant près de cinq ans, exerçant même selon Louis Liard « une véritable dictature » sur l’instruction publique. Le trait est peut-être...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Grevet, « La Commission de l’instruction publique et la préservation de l’État enseignant (1815-1820) », Histoire de l’éducation, 140-141 | 2014, 31-49.

Référence électronique

René Grevet, « La Commission de l’instruction publique et la préservation de l’État enseignant (1815-1820) », Histoire de l’éducation [En ligne], 140-141 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2771 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2771

Haut de page

Auteur

René Grevet

Centre de recherches UMR 8529-IRHIS, université Charles-de-Gaulle-Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page