Navigation – Plan du site
Notes critiques

JACOBI (Juliane). Mädchen- und Frauenbildung in Europa: von 1500 bis zur Gegenwart

Francfort/New York : Campus Verlag, 2013
James C. Albisetti
p. 93-96
Référence(s) :

Jacobi (Juliane). Mädchen- und Frauenbildung in Europa: Von 1500 bis zur Gegenwart. Frankfort/New York : Campus Verlag, 2013

Texte intégral

1Juliane Jacobi, professeur émérite d'histoire de l'éducation à l'université de Potsdam, nous offre ici un bel exemple de synthèse universitaire. Le livre n’est cependant pas aussi large que le suggère le titre : l’Angleterre, la France et les États allemands sont largement privilégiés, les autres espaces n’étant mobilisés qu’à travers des mentions ponctuelles. De même, du point de vue des niveaux d’enseignement, l’accent est mis sur la scolarisation des filles des classes supérieures et moyennes-supérieures (dite « secondaire » à partir de la seconde moitié du XIXe siècle). L’enseignement primaire reçoit moins d’attention, tout comme le combat pour l’ouverture de l’enseignement supérieur après 1870.

2Le livre se compose de cinq grands chapitres : « Respectabilité et piété, 1500-1700 » ; « Raison, sentiment et vertu, 1700-1800 » ; « Culture et domesticité dévote, 1800-1860 » ; « Politisation et contributions féminines à la culture, 1860-1918 » ; « Égalité et inégalité, 1918-2000 ». Les trois premiers insistent sur l’histoire intellectuelle et culturelle, avec une grande attention aux différents auteurs ayant traité de l’éducation des femmes, dont Juan Vives, François Poulain de La Barre, François Fénelon, Hannah More, Jeanne-Louise-Henriette de Campan et Betty Gleim. Le troisième chapitre propose une histoire plus institutionnelle et réglementaire, qui domine également les deux derniers. Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir et La femme mystifiée de Betty Friedan ne suscitent qu’une seule mention (p. 356), contrairement à l’examen approfondi des penseurs du XVIe au XVIIIe siècle, alors que l’auteur maîtrise bien toutes les périodes couvertes et les différentes approches historiques, et que sa bibliographie est excellente.

3Dans le premier chapitre, l’auteur relève la popularité, chez les protestants comme chez les catholiques, du De institutione feminae christianae de Vives, qui met l’accent sur la préparation des filles à leurs rôles d’épouses et de mères dans le cadre du foyer plutôt que sur un idéal de chasteté conventuelle. Il souligne également l’émergence d’ordres d’enseignement féminins spécialisés dans l’instruction des filles, comme les Ursulines, les Sœurs anglaises ou la Congrégation de Notre-Dame. Quelques-uns des États allemands passés au protestantisme ont récupéré le contrôle sur ces écoles et nous offrent parfois de précieux rapports d’inspection remontant au XVIe siècle. Pour J. Jacobi, la concurrence confessionnelle débouche dans l’Allemagne moderne sur un taux d’alphabétisation plus élevé que dans la France catholique ou l’Angleterre protestante. Dans l’une de ses comparaisons les plus utiles, elle note par ailleurs que l’Écosse calviniste a des taux de scolarisation et d’alphabétisation beaucoup plus élevés que l’Angleterre (p. 83). Dans ces deux premiers chapitres, l’auteur insiste enfin sur le fait qu’en l’absence de centre urbain dominant dans les États allemands, on n’y trouve pas l’équivalent des femmes savantes de l’époque de Louis XIV ou des « bas-bleus » londoniens du dix-huitième siècle (p. 61, p. 173).

4L’éducation des filles de Fénelon (1687) reste un traité en vogue tout au long du XVIIIsiècle, même si la majorité des écrivains de cette époque n’accorde pas la même place que cet auteur à l’éducation religieuse. On compte parmi les exceptions la pieuse Anglaise Hannah More et Madame de Genlis, proche de la sensibilité janséniste, qui rejettent toutes deux la thèse rousseauiste de la bonté naturelle des enfants. Dans les années 1700, en particulier en Angleterre, des femmes aussi différentes que Catherine Macaulay ou Mary Wollstonecraft critiquent vivement la forme prise par les pensionnats, la première défendant l’éducation domestique devant toute forme d’enseignement public. Pourtant, le modèle de Saint-Cyr, ce pensionnat pour jeunes filles de la noblesse française établi par Madame de Maintenon dans les années 1680, est repris à plusieurs reprises au cours du XVIIIe siècle, en particulier dans les territoires des Habsbourg, mais aussi avec l’établissement créé par la Grande Catherine en 1764, une des rares références à la Russie de ce livre (p. 158).

5L’émergence de la Bildung germanique et des bourses d’études renouvelle la formation masculine au début du XIXe siècle, alors que pour les jeunes filles les écoles dispensent toujours une instruction religieuse et insistent, dans une approche à la fois anthropologique et biologique, sur leur « vocation naturelle ». J. Jacobi souligne cependant la progression de la formation et de la certification des enseignantes du primaire, d’abord en France puis dans plusieurs États allemands et en Angleterre. Dans une intéressante étude des « examens publics comme mise en péril de la féminité », elle note que Campan et ses épigones français n’ont jamais remis en question cette concurrence des valeurs, alors que les écoles allemandes et la Commission d’enquête sur les écoles anglaises des années 1860 ont rejeté de tels exercices publics (p. 225-226).

6La quatrième section est la plus longue du livre. En examinant le développement presque universel de l’école primaire, l’auteur insiste sur le poids en Allemagne des enseignants masculins, qui résistent à l’intégration dans le système scolaire des cours de couture et des jardins d’enfants (ou écoles maternelles). Elle souligne également la préférence (plus marquée en Angleterre et en France qu’à l’est du Rhin) pour une école qui sépare nettement garçons et filles, le fait qu’en Angleterre plus qu’ailleurs les enseignantes étaient d’extraction modeste et qu’enfin, la France est la seule à autoriser celles qui se marient à poursuivre leur activité. Au niveau secondaire, elle rappelle le faible investissement de l’État en Angleterre et montre que les institutions créées par une fondation pour l’éducation des filles (Girls Public Day School Company) ont des programmes assez proches de ceux des garçons, même si leur personnel est exclusivement féminin. S’il est bien précisé que les lycées de jeunes filles créés par loi Camille Sée en 1880 ne préparent pas au baccalauréat, la place qu’y occupent les enseignants masculins dans beaucoup d’entre eux est occultée, même s’il est vrai que leur domination est moins forte que dans les écoles féminines supérieures allemandes. J. Jacobi mentionne au passage qu’au Portugal, en Espagne, en Italie et dans certaines régions de l’Empire austro-hongrois quelques filles ont été admises dans les écoles secondaires masculines, ce qui a représenté une alternative à la création de nouvelles institutions dévolues aux filles. Elle insiste enfin sur le développement de la formation professionnelle destinée aux filles issues des classes populaires et moyennes, phénomène qui s’observe à l’échelle de toute l’Europe. Au-delà de la simple nécessité de gagner sa vie, l’auteur voit dans l’expansion du travail féminin une forme d’investissement spécifique de la société par les femmes, à travers les professions liées au soin, qui font souvent office en Allemagne de « maternité spirituelle », ou bien comme l’extension à toute la société de savoir-faire auparavant cantonné à la sphère domestique.

7La dernière section assimile le XXe siècle au triomphe du droit à l’éducation et du mérite, par delà la classe ou le genre. La gratuité dans le secondaire est ainsi instaurée en France dans les années 1930 et après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne. Les filles représentent la majorité des élèves du secondaire français depuis 1980 et la majorité des étudiants anglais diplômés du secondaire depuis la fin des années 1990. De fait, la mixité dans l’enseignement secondaire est devenue monnaie courante depuis les années 1970 et, même en Allemagne, après un décalage important, les femmes représentent la moitié des universitaires, même si ce n’est pas toujours dans les positions académiques les plus élevées. L’auteur voit cependant la persistance d’inégalités dans le choix des sujets et des champs de recherche où la répartition traditionnelle des rôles a encore des conséquences.

8Assez peu d’erreurs peuvent être relevées dans un livre d’une telle ampleur, même si l’auteur commet quelques confusions de dates. On s’étonne par ailleurs de la reprise extensive des longues et parfois répétitives comptabilités de Hannah More et de Madame Campan. Comme on l’a relevé plus haut, les références aux pays européens sont très inégales, avec treize mentions des Pays-Bas dans l’index et aucune de la Belgique, alors que le Cours d’éducation pour jeunes filles d’Isabelle Gatti de Gamond à Bruxelles a représenté un modèle pour les lycées français de jeunes filles. Mais, dans l’ensemble, ce livre est bien un ouvrage important.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

James C. Albisetti, « JACOBI (Juliane). Mädchen- und Frauenbildung in Europa: von 1500 bis zur Gegenwart », Histoire de l’éducation, 139 | 2013, 93-96.

Référence électronique

James C. Albisetti, « JACOBI (Juliane). Mädchen- und Frauenbildung in Europa: von 1500 bis zur Gegenwart », Histoire de l’éducation [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2737

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page