Navigation – Plan du site
Compte rendu

NICOLAS (Gilbert), Quand les instituteurs répondaient au ministre. Mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le Second Empire

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 439 p.
François Jacquet-Francillon
p. 150-151
Référence(s) :

NICOLAS (Gilbert), Quand les instituteurs répondaient au ministre. Mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 439 p.

Texte intégral

  • 1 Il prolonge ainsi un article publié naguère ici-même (Histoire de l’éducation, no 93, 2002).

1Il faut se réjouir de l’initiative de Gilbert Nicolas qui offre dans ce livre une soixantaine des mémoires (sous forme de larges extraits) rédigés par les instituteurs ruraux de l’académie de Rennes, en réponse au concours ouvert par le ministre Rouland à la fin de l’année 1860. Il s’agissait en l’occurrence de consulter les maîtres sur la réalité, telle que perçue et vécue par eux, des « besoins de l’instruction primaire dans une commune rurale au triple point de vue de l’école, des élèves et du maître ». Et à travers tout le pays, à peu près 5 000 instituteurs avaient répondu, sur un total de 36 000 personnes concernées (à l’exclusion, donc, des congréganistes et des femmes). On se souvient que, parmi les nombreuses explorations déjà effectuées de cette archive, l’une des plus intéressantes était celle du même auteur qui, dans une thèse ayant ensuite donné un bel ouvrage, avait choisi d’étudier la totalité des mémoires recueillis dans cette même académie de Rennes (Le grand débat de l’école au XIXe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, 2004). C’est en quelque sorte le cœur du matériau de ce travail que Gilbert Nicolas nous fait découvrir dans ce nouveau livre qui intéressera les lecteurs bien au-delà des spécialistes. Car ces textes, rédigés sur un ton très revendicatif alors que les conditions matérielles sont difficiles, le statut des maîtres peu valorisé et le contexte politique peu favorable, nous plongent de façon saisissante dans l’univers quotidien de l’enseignement primaire masculin et des instituteurs « de base » de cette époque. Il faut également signaler que G. Nicolas présente les mémoires sélectionnés par lui de façon thématique (un choix très judicieux), consacre à chaque instituteur une courte notice biographique et fait précéder le corpus d’une introduction qui décrit avec clarté l’ensemble des caractéristiques objectives des participants au concours et de leur activité professionnelle1.

Haut de page

Notes

1 Il prolonge ainsi un article publié naguère ici-même (Histoire de l’éducation, no 93, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jacquet-Francillon, « NICOLAS (Gilbert), Quand les instituteurs répondaient au ministre. Mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le Second Empire », Histoire de l’éducation, 135 | 2012, 150-151.

Référence électronique

François Jacquet-Francillon, « NICOLAS (Gilbert), Quand les instituteurs répondaient au ministre. Mémoires des maîtres de l’enseignement primaire sous le Second Empire », Histoire de l’éducation [En ligne], 135 | 2012, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2578

Haut de page

Auteur

François Jacquet-Francillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page