Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

La rédaction

Texte intégral

1La disparition de Marie-Madeleine Compère, en novembre 2007, nous a privés d’une grande historienne.

2Si la rédaction d’Histoire de l’éducation a souhaité lui rendre hommage, c’est d’abord en raison de ce que cette revue lui doit. Marie-Madeleine Compère n’a jamais fait partie de son comité de rédaction, mais elle en a été, depuis sa création, un des auteurs les plus actifs, par ses articles, par les numéros spéciaux qu’elle a dirigés, et par sa contribution majeure aux notes critiques et comptes rendus, témoignant dans tous ces genres de sa vaste connaissance du champ de l’histoire de l’éducation, de sa curiosité et de sa rigueur intellectuelle.

3L’autre raison qui nous a convaincus de lui consacrer un numéro d’hommage, c’est la place qu’elle occupe dans l’historiographie de l’éducation française et européenne, dont elle fut à la fois une observatrice informée et pertinente, une pionnière, défricheuse de questions, d’approches et d’objets nouveaux, et une bâtisseuse, qui laisse à ses successeurs des instruments de travail désormais indispensables.

4Il nous a semblé que la meilleure façon de rendre hommage à l’historienne que fut Marie-Madeleine Compère était de solliciter, auprès de chercheurs français et étrangers qui avaient eu le privilège de travailler avec elle, une contribution originale sur l’un ou l’autre des fils directeurs de ses recherches, et de faire de ce bouquet d’articles une évocation et une prolongation du chemin qu’ils avaient fait avec elle et du dialogue qui était né de ces travaux communs.

5Le titre de ce recueil, « Institutions et pratiques scolaires dans la longue durée », met l’accent sur l’apport majeur d’une historienne qui a su mettre en évidence, de part et d’autre de la Révolution française, la continuité du paysage éducatif, du corps enseignant, de l’organisation des établissements, du partage du temps scolaire, en abordant des questions aussi diverses que le gouvernement des collèges ou les méthodes d’enseignement du latin. L’introduction de ce recueil propose une analyse de l’œuvre et de la place de Marie-Madeleine Compère dans l’historiographie de l’éducation, suivie d’une liste de ses publications. Elle montre aussi comment les cinq contributions de Marie-Dominique Couzinet et Olivier Pédeflous, Gian Paolo Brizzi, Willem Frijhoff, Boris Noguès et André Chervel, s’inscrivent dans le droit fil des problématiques et des thèmes que Marie-Madeleine Compère a elle-même explorés, prouvant ainsi la fécondité des domaines de recherche que sa curiosité nous avait fait découvrir…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Avant-propos », Histoire de l’éducation, 124 | 2009, 5.

Référence électronique

« Avant-propos », Histoire de l’éducation [En ligne], 124 | 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2054

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page