Navigation – Plan du site
Notes critiques

CHIOSSO (Giorgio) (dir.), TESEO’900. Editori scolastico-educativi del Novecento

Milano : Editrice Bibliografica, 2008. 713 p. + cédérom.
Mariella Colin
p. 167-170
Référence(s) :

CHIOSSO (Giorgio) (dir.), TESEO’900. Editori scolastico-educativi del Novecento, Milano : Editrice Bibliografica, 2008. 713 p. + cédérom.

Texte intégral

  • 1  Voir sa recension par Mariella Colin dans Histoire de l’éducation, n° 105, janvier 2005, p. 86-89 (...)

1Après le premier TESEO – titre qui est l’acronyme formé par les initiales de Tipograf e editori scolastico-educativi dell’Ottocento — paru en 20031, qui offrait le recensement des éditeurs-typographes du XIXe siècle ayant participé à la production d’ouvrages didactiques et pédagogiques en Italie, on attendait avec impatience le deuxième tome, qui devait poursuivre ce recensement pour le XXe siècle. Voilà qui est chose faite : ce deuxième volume vient de paraître chez la même maison d’édition (Editrice Bibliografica). Comme le premier tome, c’est un monument de 713 pages in-quarto, et c’est un modèle de recherche historique. Tout comme le précédent, il est le résultat d’un important programme scientifique collectif : pendant quatre ans (de 2003 à 2007), cinquante-huit chercheurs appartenant à six universités (Turin, Bologne, Florence, Padoue, Macerata et Udine) ont exploré sous la direction de Giorgio Chiosso le secteur de l’édition scolaire et éducative pendant la première moitié du XXe siècle. L’opération est un succès remarquable par l’ampleur de l’investigation menée et par la minutie avec laquelle la tâche a été effectuée, surtout si on tient compte de l’étendue du domaine et de l’état fragmentaire des sources, dispersées dans toute la péninsule.

2Par rapport au premier volume, le second privilégie les fonctions éditoriales : ce choix est dicté par l’évolution que le domaine a connue au XXe siècle, lorsque l’éditeur, se différenciant du libraire et du typographe, s’est imposé comme la figure majeure de la production. Celle-ci s’est modernisée, le marché s’est élargi, et les entreprises les plus fragiles ont disparu du tissu industriel et économique. Entre 1900 et 1943, sont en activité quelque 800 maisons d’édition grandes et petites, mais une moitié d’entre elles ont commencé leur activité au siècle précédent et ne sont donc pas recensées dans TESEO Novecento. C’est pourquoi ce dernier, qui recense toutes les maisons d’édition nées dans la première moitié du XXe siècle, n’en compte que 453 contre les 601 du TESEO Ottocento.

3Comme dans le premier volume, ces 453 éditeurs-typographes font l’objet de schede (notices) qui sont autant de petites monographies reconstituant leur histoire. Elles sont composées, pour chacune d’entre elles, de deux parties. La première partie constitue la carte d’identité de la maison : son nom, son lieu d’implantation, sa durée de vie (indiquée par les dates de début et fin d’activité) sont suivis de la liste de tous les auteurs et collaborateurs, avec leurs fonctions et compétences propres. La deuxième partie, plus descriptive, détaille les vicissitudes économiques et technologiques de l’entreprise et de ses propriétaires, et présente une analyse de ses publications et de leur évolution. Une bibliographie critique accompagne et complète chaque notice.

4Par la richesse et la précision de leur contenu, ces notices, véritables « tessons d’histoire culturelle italienne » — comme les définit Giorgio Chiosso, en s’inspirant de la pensée d’Eugenio Garin — aident à recomposer la totalité de l’ensemble. La portée des études regroupées dans TESEO’900 s’étend à plusieurs domaines de la vie économique et culturelle de la péninsule dans la première moitié du XXe siècle.

5Le premier domaine est celui de l’histoire de l’enseignement, qui est traitée non seulement dans les notices analytiques, mais également dans une série d’essais préliminaires. Sept synthèses, rédigées par des spécialistes italiens d’histoire de l’éducation, sont consacrées à l’évolution des livres et manuels scolaires, ou bien de leurs contenus disciplinaires, pendant la période allant du début du XXe siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les deux premières portent sur les changements que la réforme Gentile de 1923 et les programmes idéalistes élaborés par le pédagogue Giuseppe Lombardo-Radice ont apportés à l’école primaire dans les années 1920 (Sabrina Fava, Alberto Barausse et Michele D’Alessio). Lors de la mise au pas de l’école dans les années 1930, les « sussidiari » sont imposés par le régime comme « livres d’État uniques pour toutes les écoles » dans tout le premier degré (Maria Cristina Morandini). Viennent ensuite, selon un ordre chronologique inversé, des synthèses portant sur l’enseignement de disciplines particulières, comme l’éducation physique et le sport (Nicola Barbieri), les langues étrangères (Nadia Minerva) et les atlas de géographie (Eleonora Cima).

6Le deuxième domaine est celui de l’histoire de l’édition, pour laquelle l’objet marchand « livre d’école et d’éducation » – certainement le plus important du marché éditorial — a continué à être le moteur d’une dynamique économique puissante pendant la première moitié du XXe siècle. La reconstitution dans le détail de l’évolution du monde de l’entreprise éditoriale et typographique permet de comprendre les stratégies économiques et technologiques utilisées par ses leaders à tous les niveaux. TESEO permet de vérifier le déclin, voire la disparition du secteur scolaire de certaines maisons d’édition, puissantes au siècle précédent, tandis que d’autres connaissent un accroissement important de leur production et montent en puissance, notamment grâce au fascisme. De fait, la politique scolaire et éducative du régime est à l’origine des grands bouleversements que connaîtra le secteur dans l’entre-deux-guerres. En 1923, la réforme Gentile et les nouveaux programmes d’enseignement, de même que la sélection rigoureuse des livres pour l’école primaire mise en place par la Commissione Centrale per l’esame dei libri di testo, feront disparaître des ouvrages qui étaient réimprimés sans grand changement depuis les années 1880. Dans les années 1930, l’imposition du « livre d’État » acculera à la faillite les plus petites entreprises, tandis qu’elle contribuera à développer celles qui, par leur stratégie de production industrielle et leurs bonnes relations avec les hiérarques du régime, tireront leur épingle du jeu. Vallecchi à Florence, la SEI à Turin, La Scuola à Brescia et, surtout, Mondadori à Milan, seront les grandes gagnantes de la politique scolaire mussolinienne. Au-delà de la vie économique et culturelle de la première moitié du XXe siècle, l’activité des éditeurs croise sans cesse l’histoire politique du temps : celle du fascisme avant tout, qui a marqué l’école de ses réformes et la production scolaire et scientifique de son idéologie, et auquel tous les éditeurs du secteur scolaire et éducatif de la péninsule ont été confrontés.

7Le volume est complété par une série d’annexes. Un bel encart de trente pages en couleurs reproduit plusieurs manuels et ouvrages divers du corpus étudié. Il s’agit d’un échantillon assemblé avec soin, qui offre de bons exemples de la variété de cette production éditoriale destinée aux premier et deuxième degrés de l’enseignement, dans toutes les disciplines. Quatre index analytiques — établis par les soins de Maria Cristina Morandini — offrent une vision globale des données fondamentales et permettent au lecteur de s’orienter dans l’ouvrage : l’index général de toutes les maisons d’édition et typographies ; l’index chronologique, comportant l’année de naissance et de cessation d’activité des maisons, ainsi que le lieu d’édition ; l’index des auteurs et collaborateurs éditoriaux, et l’index des secteurs disciplinaires de la production. Enfin, le cédérom qui est joint au volume le reproduit intégralement en version numérique et permet des recherches rapides sur l’ensemble de l’ouvrage par différentes entrées (nom d’éditeurs, d’auteurs, etc.).

8Offrant à la fois un instrument bibliographique irremplaçable et une étude scientifique de tout premier ordre, TESEO’900, tout comme TESEO’800, constitue, pour tous les chercheurs en histoire de l’éducation et de l’édition scolaire, un instrument de recherche des plus utiles, ainsi qu’une œuvre de référence qui ne devra pas manquer dans les bibliothèques universitaires.

Haut de page

Notes

1  Voir sa recension par Mariella Colin dans Histoire de l’éducation, n° 105, janvier 2005, p. 86-89 (http://histoire-education.revues.org/index1101.html).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « CHIOSSO (Giorgio) (dir.), TESEO’900. Editori scolastico-educativi del Novecento », Histoire de l’éducation, 120 | 2008, 167-170.

Référence électronique

Mariella Colin, « CHIOSSO (Giorgio) (dir.), TESEO’900. Editori scolastico-educativi del Novecento », Histoire de l’éducation [En ligne], 120 | 2008, mis en ligne le 02 juin 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1923

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page