Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Le « sentiment de l’enfance », 50 ans après

p. 90-91

Philippe Ariès a, le premier, souligné l’importance que les sociétés européennes accordent à l’enfant depuis la fin du Moyen Âge. Une telle affirmation prête certainement à débat, tout comme la notion de « sentiment de l’enfance », souvent mal interprétée ; mais, par la nouveauté de ses questionnements et l’originalité de sa démarche, Ariès a profondément transformé le regard de l’histoire et des sciences humaines sur l’enfance.

Son travail d’historien aide aussi à penser l’enfance au présent. Aujourd’hui, non seulement les sociétés ont conscience de la particularité de ce moment de l’existence, mais elles vivent dans l’obsession de cette spécificité, persuadées que l’enfance constitue un âge à part, une sorte d’âge d’or, règne de l’innocence absolue. Et pourtant, l’enfance est victime de divers types de violences familiales ou sociales, liées aux angoisses ou aux frustrations des parents, au délitement du lien social, aux problèmes inhérents à la scolarisation de masse, à l’omniprésence du marché, aux crises, aux guerres civiles et internationales. De plus, à partir des années 1960, les sociétés occidentales ont été confrontées aux transformations de la structure familiale et à l’effacement des rites de passage. Toutes ces mutations ont retenti sur la réflexion des historiens, enrichie entre-temps par les apports de l’histoire de la population, de la famille, des mères, des pères et de l’éducation.

Cinquante ans après la parution de L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, on peut donc s’interroger sur les déclinaisons du « sentiment de l’enfance » aujourd’hui et hier. Qu’avons-nous appris et retenu de l’« historien du dimanche », en France et à l’étranger ? Des révolutions se sont-elles produites, au sein même de la révolution mise en évidence par Ariès, à la faveur de nouvelles problématiques (entre autres, la construction des identités sexuées, l’adoption et le traitement de l’enfance « irrégulière ») ? C’est pour répondre à ces questions qu’un colloque international se tiendra à Paris en mai 2010, sous la responsabilité d’Ivan Jablonka (université du Maine et Collège de France) et Jean-Noël Luc (université Paris IV-Sorbonne).

Il s’attachera à explorer les nouvelles voies ouvertes dans l’historiographie de l’enfance, qui infléchissent ou corrigent l’apport d’Ariès tout en restant fidèle à son esprit : sensibilité aux transformations des mœurs, intérêt pour tous les types de sources, goût de l’interdisciplinarité, refus des conformismes. Centré sur le monde contemporain à partir de la fin du XVIIIe siècle, il concernera, au-delà du nourrisson dont l’histoire est bien connue, l’enfant entre le sevrage et la puberté, c’est-à-dire grosso modo entre 2 et 13 ans. Il privilégiera les approches transversales sur les études de cas et les monographies.

Les propositions de contribution, sous la forme d’un descriptif d’une page maximum précisant les sources utilisées, peuvent être adressées à Ivan Jablonka (ivan.jablonka[at]ens.fr) jusqu’au 1er juin 2009.