Navigation – Plan du site

Consignes aux auteurs

1. Consignes générales

Envoyer la proposition d’article à : revue.histoire-education@ens-lyon.fr

1.1. Éléments à fournir avec le texte

– Le nom et le prénom de l’auteur, son institution générale de rattachement (université, institut, etc.), son rattachement particulier le cas échéant (équipe, labo) et pour les auteurs étrangers la localisation de leur institution (ex. UNIGE, Suisse)

– courriel de contact

– adresse postale de contact

– téléphone de contact (facultatif)

– attestation des droits concernant les illustrations (le cas échéant)

– fichier texte et images (le cas échéant)

– autorisation de publication (sera demandée le cas échéant ultérieurement par le secrétariat de rédaction)

1.2. Présentation du texte de l’article

– Le texte sera fourni de manière préférentielle en format Word (.doc ou. docx) ou .rtf

– À défaut les formats. odt (OpenOffice, LibreOffice) seront également acceptés

– Les fichiers images sont à insérer au sein du texte mais à fournir également à part ; voir ci-après 1.2.7. « Illustrations et schémas »

L’article doit contenir un titre, et sa traduction en anglais, une signature (prénom nom et institution d’appartenance), une adresse courriel professionnelle, un résumé en français et en anglais de 8 à 15 lignes, des mots-clés, un texte de 50 000 signes au maximum, notes comprises (les espaces à l’intérieur du texte doivent être comptés comme signes).

1.2.1. Titre d'article

– titre court (2 lignes maximum dans la forme papier finale)

– traduction du titre en langue anglaise à fournir

– Pas d’appels de note (numéro ou astérisque) dans le titre de l’article

1.2.2. Résumé

– 8 à 15 lignes sur la base d'une page A4

– Pas de références courtes dans les résumés

– Pas d’appels de note dans les résumés (numéro ou astérisque)

– Fournir un résumé en français et sa traduction en anglais

– Pas d’utilisation du gras et du souligné sauf exception scientifiquement incontournable (transcription linguistique, etc.)

1.2.3. Mots-clés

– En français et en anglais

– 3 à 6 mots-clés conseillés

– Dans la mesure du possible, recourir aux mots-clés en usage sur le site de la revue

1.2.4. Intertitres

– limiter les niveaux de titres : pas plus de trois niveaux

– intertitre court (2 lignes maximum dans la forme papier finale)

– Pas d’appels de note (numéro ou astérisque) dans les intertitres

1.2.5. Corps de texte

Les auteurs doivent rédiger leur texte uniquement en minuscules avec le minimum d’effets de mise en page

– toute citation longue doit faire l'objet d'une assurance de droits de reproduction aucun appel de note ne doit être « orphelin »

– les URL citées doivent être soigneusement vérifiées et une date de consultation indiquée

– toute présentation d'un passage de texte « hors normes » (polices, mise en page particulière) devra être fournie en image de préférence ou sera susceptible d'être transformée en image par nos soins

– Introduire les citations par des guillemets français « … » (le texte de la citation est composé en romain et non pas en italique) ; dans le cas d’une citation de deuxième niveau (« citation dans la citation »), utiliser les guillemets anglais (“…”)

– Marquer par des italiques les mots ou expressions que l’on souhaite éventuellement mettre en valeur. Le soulignement comme le gras sont à proscrire.

– Les italiques sont utilisés pour les titres d’ouvrages ou de revues, les mots étrangers (les happy few), les indications conventionnelles utilisées dans les références bibliographiques (comme supra ; op. cit. ; ibid.). Attention cf., recto et verso sont en romain.

1.2.6. Tableaux

– Titre de tableau court (2 lignes maximum dans la forme papier finale)

– Pas d’appels de note dans les titres ou les corpus des tableaux (numéro ou astérisque), le cas échéant traiter ce besoin en compléments de légende de tableau

– Pas d’images dans les cellules des tableaux

– Pas de texte vertical

– Pas de tableaux dont la largeur ou la hauteur est incompatible avec le support physique de l'édition papier (13 cm de largeur maximum et 18 cm de hauteur maximum en surface utile)

1.2.7. Illustrations et schémas

– Les droits des illustrations et schémas doivent, le cas échéant, être obtenus par l'auteur qui doit en fournir la preuve (courrier, courriel, acquittement des droits éventuels par l’auteur). Les indications concernant les sources et les droits doivent être fournies en légende de l’illustration ou du schéma.

– numérisation à fournir digitalisée en niveaux de gris (pas d’impression couleur).

– à 300 dpi de résolution (pour 100 % de taille finale imprimée souhaitée, maximum 11 cm de largeur et/ou 20 cm de hauteur), le format souhaité est prioritairement. tif (non compressé), à défaut .jpg

– titre d'illustration ou de schéma court exigé (2 lignes maximum dans la forme papier finale)

– Les illustrations et graphiques sont accompagnés d’une légende et, le cas échéant, d’une indication de source

– Les cartes doivent être dotées d’une échelle

– Pas d’appels de note dans titres ou les corpus d'illustration ou de schéma (numéro ou astérisque), le cas échéant traiter ce besoin en compléments de légende

2. Consignes bibliographiques

2.1. Présentation des références

– Pour un document d’archives : AN pour Archives nationales, AD pour Archives départementales, ACF pour Archives contemporaines de Fontainebleau, etc. ; la première occurrence sera Archives nationales [désormais AN] ou Archives départementales [désormais AD). La cote AN est rédigée comme suit : AN, F/17/2345 ou AN, 3/0/456.
Pour la Bibliothèque nationale : BnF
Folio à abréger en fol. (en romain, y compris si plusieurs)
Nouvelles acquisitions françaises : Naf

– Pour un livre, indiquer, dans l’ordre : le prénom (en entier) puis le nom de l’auteur ou des auteurs, le titre complet, le lieu d’édition, l’éditeur, éventuellement la tomaison, la date d’édition, la pagination.
Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand
Colin, 1968.
Si la référence est reprise on conserve l’auteur, les premiers mots du titre (parfois suivi de trois points si titre abrégé) et de op. cit. – Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, op. cit.

– Pour un article, indiquer, dans l’ordre : le prénom et le nom de l’auteur ou des auteurs, le titre entre guillemets (en caractères romains) ; ensuite :
– 1. si l’article a paru dans une revue, le titre de celle-ci (en italiques), le numéro dans lequel l’article a paru, sa date, la pagination.
– 2. si l’article a paru dans un ouvrage collectif, faire suivre le titre de l’article de in et des références de l’ouvrage comme indiqué ci-après : Jean-François Sirinelli, « Des boursiers conquérants ? École et “promotion républicaine” sous la IIIe République», in Serge Berstein, Olivier Rudelle (dir.) Le modèle républicain, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 243-262.

– Si la référence est reprise pour un article, on reprendra seulement le titre (le cas échéant seulement en partie, s’il est long), suivi de « art. cit. » (« L’Alsace-Lorraine, mode d’emploi… », art. cit.).

2.2. Noms propres

Le nom d’un auteur cité dans l’article doit être en minuscules.

Les institutions uniques prennent toujours une majuscule, les institutions multiples une minuscule (exemples : l’Académie française, l’académie de Paris).

Les titres des ouvrages et périodiques cités, étant des noms propres, commencent toujours par une majuscule (exemple : le Manuel général).

2.3. Citations

– Les citations très courtes seront indiquées entre guillemets et composées dans le texte. Les citations plus longues seront composées en retrait, sans guillemets.

– Les coupures dans une citation doivent être figurées par trois points entourés de crochets : [...]. Les guillemets dits « anglais » (“ et ”) ne seront utilisés que pour encadrer une citation à l’intérieur de la citation.

2.4. Appels de notes et notes de bas de page

– À la fin de la citation, les guillemets sont suivis de l’appel de note, puis du signe de ponctuation (exemple : Fustel de Coulanges réunit une nouvelle sous-commission « composée de membres extérieurs, mais très éminents » 2.). Quand l’appel de note se trouve à la fin de la phrase, il se situe entre le dernier mot et la ponctuation (Les chants utilisés pour l’enseignement civique furent choisis dans des ouvrages anciens5.)

– Les notes de bas de page sont de préférence réservées aux références bibliographiques, aux cotes d’archives et autres renvois aux sources ainsi qu’à des précisions éventuelles de cet ordre, et non à des incises ou développements hors texte. Elles sont numérotées de façon continue. Les notes et bibliographies en fin d’article ne sont pas admises.

3. Règles et usages typographiques

3.1. Règles typographiques

ENS éditions recommande pour l’essentiel les usages typographiques proposés par le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris : Imprimerie nationale, 2002.

3.2. Majuscules

– Éviter l’usage intempestif des majuscules. L’utilisation des majuscules doit être conforme à l’usage de la langue ou de l’écriture dans laquelle l’information est donnée. Il convient donc d’éviter de reproduire littéralement les typographies utilisées sur les pages de titre des documents, à l’exception des langues utilisant les majuscules (anglais et allemand). Ainsi, ne prennent pas de majuscule (en français) les noms de mois, de jours, comme les titres sociaux – professeur, ministre, président – ou les institutions dans leur désignation factuelle – conseil général, université, rectorat, académie (Exemple : l’académie de Paris ; mais l’Académie française).

– On écrit : ministère de l’Éducation nationale. Précisons que l’Académie comme l’Institut désignent respectivement l’Académie française et l’Institut de France qui abrite celle-ci.

– Pour les noms d’organismes, de laboratoires, de centres de recherches, etc., on ne met en capitale que la première lettre du sigle sous-entendu : Centre national de la recherche scienti fi que/Laboratoire d’anthropologie sociale/Centre de recherches en éducation de Nantes.

– Les lettres accentuées doivent conserver un accent lorsqu’elles sont en capitales : À, Â, É, È, Ê, Î, Ô, Û… (Éducation nationale) Nous optons pour Internet et Web, avec une capitale initiale.

– Rappel : les adjectifs ne prennent pas de majuscule sauf dans quelques expressions servant à désigner des périodes déterminées (exemples : l’Ancien Régime, la Cinquième République, le Premier ministre).

vLe mot siècle prend une capitale initiale dans les expressions telles que : le Grand Siècle, le Siècle des Lumières, le Siècle des philosophes, etc.

– Écrire avec une majuscule initiale : La Cour (institution sous l’Ancien Régime)
La Régence, la Restauration, etc.

3.3. Sigles. Nombres

– Ni les nombres ni les sigles ne contiendront de points (exemples : CNRS, EPS, 10 522). Les nombres isolés seront écrits en toutes lettres jusqu’à cent, en chiffres après (exemple : « vingt-trois professeurs », « 430 élèves ») ; ils peuvent cependant s’écrire en chiffres même s’ils sont inférieurs à 100 dans un contexte énumératif ou chiffré (exemple : « les élèves passent de 14 à 25 de 1832 à 1851, puis à 23… »).

– Les nombres se composent en toutes lettres sauf dans le cas où l’on énonce des résultats de compte ou de statistiques.

– Écrire les noms de classe en lettres et non en chiffres : « la sixième » et non « la 6e ».

– Abréviations des nombres ordinaux : On abrège premier (ère), deuxième/second(e), troisième…, de la manière suivante : 1er/1re, 2e/2nd/2de, 3e (et non 1ère, 2ème, 3ème). Rappelons également que 1 o, 2 o, 3 o… sont les abréviations de primo, secundo, tertio…, le signe supérieur étant la lettre « o » et non un zéro.

– On proscrit aussi la répétition des signes ou des lettres pour indiquer la pluralité : § 5 et 6 (et non §§ 5 et 6) ; p. 8-17 (et non pp. 8-17) ; f. 2 et 3 (et non ff. 2 et 3).

3.4. Dates

– On compose en chiffres romains et capitales les numéros des siècles, la lettre « e » en exposant : « XXsiècle » et non « 20e siècle ».

– Les dates seront données en chiffres arabes pour les quantièmes et les années (exemple : 10 avril 1867)

– Les décennies sont écrites en toutes lettres : les années quatre-vingt (et non les années 80).

– Rappel : les noms de mois ne prennent pas de majuscule.

3.5. Citations et locutions latines et étrangères (au français)

Elles se composent le plus souvent en italique.

ad hoc grosso modo
ad libitum ibidem ou ibid.
a fortiori idem ou id.
a posteriori in extenso
a priori in extremis
bis in fi ne
infra sic
loc. cit. 1 statu quo
modus vivendi supra
op. cit. ter
passim via
quater vice-versa
Idem Ibidem

De plus en plus nombreuses sont les expressions latines passées dans le langage courant. Celles-ci peuvent se composer en romain et sont alors accentuées quand cela est nécessaire. Mais elles peuvent être également composées en italique et donc sans accents.

critérium/criterium mémento
desiderata mémorandum
duo post-scriptum
duplicata requiem
erratum tollé
in-folio vade-mecum
intérim veto
maximum visa

Lorsque ces locutions commencent une phrase, leur première lettre se compose en capitales et on notera également que les abréviations « cf. » (confer : « comparez avec ») et « etc. » (et cætera : « et toutes autres choses ») se composent en romain.

3.6. Abréviations courantes

académie acad.
adjectif adj.
administration admin.
ancien anc.
annexe ann.
Antiquité Antiq.
après apr.
après Jésus-Christ apr. J.-C.
archives arch.
Archives nationales Arch. nat.
arrondissement arr.
article art.
avant av.
avant Jésus-Christ av. J.-C.
boulevard bd (ou boul.)
bibliographie bibliogr. (ou biblio)
bulletin bull.
c’est-à-dire c.-à-d.
capitale cap.
confer (comparez avec) cf.
chapitre chap.
Compagnie Cie
circulaire circ.
colonne col.
collection, collaborateur(s) coll.
Curriculum vitæ CV
document doc.
docteur Dr
Est E
éditeur, édition éd.
environ env.
et cætera etc.
étymologie étym.
ibidem (dans le même ouvrage) Ibid.
idem (au même endroit) Id.
Page(s) p. (on n’emploie plus pp. )
tome t.
volume vol.

3.7. Espaces et ponctuation

Avant le signe Ponctuation Après le signe
Pas d’espace , Espace normale
Pas de blanc . Espace normale
Espace insécable  ; Espace normale
Espace insécable  ! Espace normale
Espace insécable  ? Espace normale
Espace insécable  : Espace normale
Espace normale Espace insécable
Espace normale «  Espace insécable
Espace insécable » Espace normale
Espace normale ( Pas d’espace
Pas d’espace ) Espace normale
Espace normale [ Pas d’espace
Pas d’espace ] Espace normale

3.8. L’espace insécable

Elle est essentielle pour éviter les mauvaises césures lors de la mise en page.

N°  espace insécable 1
10 espace insécable élèves
25 espace insécable  %
vol. espace insécable I
tome espace insécable II
12 espace insécable septembre
Jean espace insécable Dupont
XIXe espace insécable siècle