Navigation – Plan du site
Comptes rendus

LERCH (Dominique). – L’enseignant et les risques de son métier. Un siècle d’histoire associative. L’Autonome de Solidarité 1903-2003

Paris : SUDEL, Édition F.A.S., 2003. – 287 p.
Nathalie Barq
p. 136
Référence(s) :

LERCH (Dominique). – L’enseignant et les risques de son métier. Un siècle d’histoire associative. L’Autonome de Solidarité 1903-2003. – Paris : SUDEL, Édition F.A.S., 2003. – 287 p.

Texte intégral

1Les enseignants sont, dès leur formation initiale, sensibilisés aux risques de leur future fonction. Mais la connaissance des droits, devoirs et limites juridiques de celle-ci ne les protège pas définitivement de situations qui peuvent s’avérer aussi imprévues que dramatiques et qui sont inhérentes à tout « métier de l’humain ». Dominique Lerch nous remémore quelques épisodes douloureux de la vie quotidienne des enseignants qui nous rappellent que, quel que soit sa vigilance et son professionnalisme, nul n’est à l’abri du drame ou de la calomnie. Les risques d’accidents en situation scolaire ainsi que la mise en accusation éventuelle de l’enseignant sont bien connus et c’est en partie pour cette raison qu’un grand nombre de professionnels de l’Éducation nationale éprouvent et expriment le besoin d’être à la fois entendus et soutenus par un organisme compétent et reconnu tel que celui dont cet ouvrage rend compte. Pour une majorité d’enseignants, l’inscription à l’Autonome de Solidarité est un geste naturel et systématique à l’occasion de toute nouvelle rentrée scolaire.

2Ce que l’on ne soupçonne pas – et que l’auteur nous retrace avec force détails et précisions – c’est le long processus qui a permis une stabilisation au niveau national. Le dépassement des conflits d’intérêts et de personnes ayant permis l’unification et la régulation de l’association, celle-ci s’est vu attribuer une reconnaissance officielle : en 2000 par le ministère de la Justice et en 2001 par le ministère de l’Éducation nationale. Le minutieux travail de l’historien nous fait approcher la réalité des courants qui ont traversé les regroupements départementaux, les querelles ou au contraire les fraternisations de leurs différents représentants ainsi que les orientations politiques, sociales et professionnelles qui ont sous-tendu leurs prises de positions. L’objectif prioritaire a toujours été d’être au plus près des acteurs et des réalités de terrain pour assurer une prise en charge la plus équitable possible. L’histoire de l’association devenue nationale est étroitement rattachée à celle de ses pères fondateurs, et plus particulièrement Louis Campan, dont l’activité militante et passionnée nous est relatée et illustrée par de nombreux documents d’archives. Au-delà du souci d’information et d’explication, ce travail de recherche rend hommage à une organisation devenue quasiment incontournable dans le monde enseignant mais en grande partie méconnue par ses principaux utilisateurs et par le grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Barq, « LERCH (Dominique). – L’enseignant et les risques de son métier. Un siècle d’histoire associative. L’Autonome de Solidarité 1903-2003 », Histoire de l’éducation, 105 | 2005, 136.

Référence électronique

Nathalie Barq, « LERCH (Dominique). – L’enseignant et les risques de son métier. Un siècle d’histoire associative. L’Autonome de Solidarité 1903-2003 », Histoire de l’éducation [En ligne], 105 | 2005, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1152

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page