Navigation – Plan du site
Comptes rendus

PÉROUAS (Louis). – Gabriel Deshayes. Un grand pionnier de la Restauration catholique dans l’Ouest de la France (1767-1841)

Paris : Éditions Don Bosco, 2003. – 173 p.
Gilbert Nicolas
p. 118-120
Référence(s) :

PÉROUAS (Louis). – Gabriel Deshayes. Un grand pionnier de la Restauration catholique dans l’Ouest de la France (1767-1841). – Paris : Éditions Don Bosco, 2003. – 173 p.

Texte intégral

1Historien de la vie religieuse, Louis Pérouas consacre un ouvrage, de volume modeste (120 pages et 40 pages de documents) à Gabriel Deshayes, grande figure de l’Église du XIXe siècle. Gabriel Deshayes n’est pas seulement un prêtre de la Restauration catholique, mais également un homme de spiritualité et un acteur éminent de l’éducation dans l’Ouest français.

2Après un premier chapitre, sur les grandes étapes de l’existence de G. Deshayes, l’auteur revient, dans les six chapitres suivants, sur les formes de son action et les multiples facettes de son œuvre. G. Deshayes est d’abord marqué par la période révolutionnaire, au cours de laquelle il est ordonné prêtre à l’étranger, se plaçant résolument du côté des réfractaires. Sous l’Empire, il quitte la campagne pour le monde urbain et maritime. En tant que curé d’Auray, il entend d’abord agir sur toute la population, entreprenant un véritable recensement nominatif de tous les habitants. Il reprend la tradition bretonne du XVIIe siècle, mobilisant le clergé pour prêcher des missions et encourager les retraites populaires. Il relance également l’enseignement en fondant de jeunes congrégations féminines et réalise la première refondation urbaine des Lassaliens en Bretagne. De même, s’alliant à Jean-Marie de La Mennais, à partir de 1819, il permet la naissance des frères de l’Instruction chrétienne, autour de la maison-mère de Ploërmel. La phase particulièrement riche de 1821-1826, le transporte de la Bretagne à Saint-Laurent-sur-Sèvre, où il devient, à 53 ans, à la fois le supérieur des établissements montfortais des Filles de la Sagesse et des frères du Saint-Esprit. Ces derniers, alors en déclin, se multiplient et sont divisés par G. Deshayes en deux groupes, les plus nombreux se destinant à l’enseignement des campagnes, dans les départements au sud de la Loire. G. Deshayes leur confie des écoles de sourds, confortant l’une de ses œuvres, originale et précoce, inaugurée, en 1814, avec l’autorisation royale et grâce à un contrat de donation aux sœurs de la Sagesse, assurant ainsi l’avenir de l’éducation des sourdes, en Bretagne. Demeuré très attaché au monde rural, il fonde, à la fin de sa vie, dans le diocèse de La Rochelle, les frères agriculteurs de Saint-François d’Assise.

3L’ouvrage traite donc de toutes les créations de G. Deshayes, souvent étudiées « unité par unité ». On peut regretter que certains aspects, tels le contexte de concurrence scolaire ou les rapports avec l’administration soient peu évoqués. On comprend, cependant, que l’auteur, définissant, son ouvrage comme une « esquisse », ait voulu limiter son propos.

4L’activité débordante de Gabriel Deshayes s’est-elle faite au détriment de la profondeur spirituelle ? Si L. Pérouas fait ressortir les traits de ce personnage d’origine paysanne, travailleur acharné, jovial mais autoritaire et incontestablement meneur d’hommes, il esquisse également les ombres de son caractère et de son œuvre. Ses sermons manquent d’originalité. Si sa correspondance est abondante, il n’a pas livré ses propres méditations. Seule sa filiation spirituelle à Saint-Vincent-de-Paul est incontestable. Très actif dans le grand Ouest français, il n’a pas répondu aux appels de l’extérieur (États-Unis et Autriche, par exemple).

5Après une série de biographies déjà anciennes, souvent hagiographiques, des travaux récents, mais partiels, ce livre constitue une synthèse utile. G. Deshayes ressort comme un prêtre infatigable et moderne, qui multiplie les initiatives de fondations, puis s’efface pour confier certaines de ses œuvres à d’autres. Il est, selon le mot de Claude Langlois « un passeur », dont les traits sont souvent cachés par d’autres personnalités, plus prolixes en écriture ou collaborateurs actifs qui lui survivent, tel Jean-Marie de La Mennais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Nicolas, « PÉROUAS (Louis). – Gabriel Deshayes. Un grand pionnier de la Restauration catholique dans l’Ouest de la France (1767-1841) », Histoire de l’éducation, 105 | 2005, 118-120.

Référence électronique

Gilbert Nicolas, « PÉROUAS (Louis). – Gabriel Deshayes. Un grand pionnier de la Restauration catholique dans l’Ouest de la France (1767-1841) », Histoire de l’éducation [En ligne], 105 | 2005, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1136

Haut de page

Auteur

Gilbert Nicolas

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page